©2018 by nddl-poursuivre-ensemble.fr. Proudly created with Wix.com

REVUE DE PRESSE

 

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a été abandonné début 2018 après 20 ans de lutte et 10 ans d’occupation zadiste. Mais ce n’est pas le terme de l’histoire. Des expulsions violentes s’en sont suivies. Pour celles et ceux qui ont fait le pari de rester, les défis sont nombreux : comment résister à la normalisation et continuer à construire des pratiques collectives, autogestionnaires et émancipatrices ? Certain·es se sont lancé dans l’aventure d’un fonds de dotation pour le rachat collectif de terres, d’autres souhaitent rester en dehors des négociations avec l’État. Ce dossier permet de faire le point sur l’avenir de ce territoire en compagnie de personnes qui vivent sur place ou qui accompagnent de près les luttes et les expérimentations qui s’y construisent.

 

 

 

Au sommaire du dossier :

  • Combats en cours pour des terres en commun

  • Réussites et échecs de l'autogestion dans la ZAD

  • La ZAD et son avenir en débats

Un dossier coordonné par Martha Gilson

Revue SILENCE numéro 483  novembre 2019:

Notre- dame- des- Landes quel avenir?

ARTICLE MEDIAPART

Sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes,

PAR JADE LINDGAARD

ARTICLE PUBLIÉ LE VENDREDI 25 OCTOBRE 2019

Pression sur "les constructions illégales de la zad " par les anti-aéroports au procureur et dans la presse

Ouest France novembre 2019

 

 Pour info, nos vieux ennemis ne lâchent pas l'affaire. Ils ont semble-t-il décidé de se concentrer sur les constructions "illégales" sur la zad et ont l'air d'avoir écrit au procureur avec un petit dossier photo. 

VIGILANCE!!!

Notre-Dame-des-Landes. Pour les pro-aéroport, une amende au goût amer

L’association pro-aéroport Les Ailes pour l’Ouest ressent de l’injustice.

 

Condamnée pour un affichage illicite, elle dénonce l’impunité des constructions illégales dans la Zad à Notre-Dame-des-Landes.

Elle y voit un « État de droit à géométrie variable ».

Guillaume Dalmard, président des Ailes pour l’Ouest, et son prédécesseur Alain Mustière, ne comprennent pas pourquoi rien n’est fait contre les constructions illégales dans la zad.

 

 L’association pro-aéroport Les Ailes pour l’Ouest digère mal la condamnation de son président, Guillaume Dalmard, à une amende de 131 €. Une histoire d’affiches collées sur des panneaux électoraux en mai, à Saint-Aignan-de-GrandLieu. C’est interdit. Comme les auteurs n’ont pas été identifiés, c’est donc le président de l’association qui endosse la responsabilité.

Mercredi 20 novembre, à Nantes, Guillaume Dalmard et l’ancien président des Ailes, Alain Mustière, ont dénoncé « un état de droit et une justice à géométrie variable » : « Je suis condamné pour ces faits anodins et anonymes, je vais payer, j’assume et je respecte la loi et la justice, accepte Guillaume Dalmard.

Mais nous demandons, alors, que l’État fasse aussi respecter la loi dans l’ex-Zad de Notre-Dame-des-Landes, où un hangar a été incendié jeudi, où des constructions illicites perdurent et même s’agrandissent. Il y a un sentiment d’injustice… » Il montre plusieurs clichés de bâtiments en chantier, « photographiés ce week-end ». Amer, Guillaume Dalmard a adressé un courrier au procureur pour dénoncer ce deux poids, deux mesures, et l’impunité de certains : « Une fois de plus, la justice poursuit les pacifistes et cède aux ultra-violents et aux zadistes face au gouvernement qui n’a pas su imposer l’État de droit à Notre-Dame-des-Landes […]. »

Les zadistes de la Cagette des terres ravitaillent et réchauffent les luttes

9 décembre 2019 / Nicolas Mollé et Yves Monteil (Reporterre)