Nouvelles, images, remerciement, invitation, longtemps après le banquet et après bien des bouleversements mais mieux vaut tard que jamais

 

Salut à vous,

Un petit mot à vous qui êtes venu-e-s au banquet du 17 janvier (n’hésitez pas à le retransmettre aux convives qui vous ont accompagné-e-s et dont nous n’aurions pas directement les mails).

On voulait vous écrire quelques mots depuis longtemps déjà, juste après pour vous remercier de votre présence de cette soirée, vous dire aussi qu’on était désolé que le repas ait été un peu comprimé dans le temps avec les contraintes du bal, que l’on avait oublié de bien préciser que la carbonnade de boeuf cuisinée ce soir là venait d’une vache offerte par Sylvie et Marcel, voisins et paysans résistants que nous chérissons...

Et puis on a laissé passer le temps et brusquement le temps s’est vu bouleversé par une crise emblématique des raisons pour lesquelles nous nous sommes battu-e-s et continuerons à nous battre avec vous dans ce bocage. Cette crise que l’on perçoit comme une des conséquences de l’empoisonnement généralisé du monde, nous pousse à continuer à renforcer des territoires, ici et ailleurs, où le commun prime sur l’économie, les liens passionnés au vivant sur son exploitation effrénée. Le 17 janvier dernier, nous fêtions deux nouvelles victoires et préservations de zones menacées – aux Lentillères et à Gonesse - des victoires qui peuvent sembler bien dérisoires au vu de l’ampleur de ce qui est détruit quotidiennement sur cette planète, du confinement que nous vivons depuis deux mois et de type de gouvernementalité qui menace de l’accompagner dans la durée. Pourtant nous voulons nous accrocher à elles et à l’espoir que la période que nous traversons soit un détonateur qui nous amène à fêter l’an prochain l’émergence de bien d’autres « zone d’écologie communales » (pour reprendre le terme proposé par nos camarades des lentillères).

Quelques nouvelles de la zad : En attendant, on voulait vous dire que la zad se porte plutôt bien en ces temps de confinement. Nous faisons partie de celles et ceux qui bénéficient d’espace autour d’elles.eux et les formes de vie collective que nous avons choisies nous préservent de l’isolement, facilitent les solidarités, tout en n’empêchant pas les attentions particulières aux personnes plus fragiles. Les activités agricoles, qui n’ont pas vocation à s’arrêter, se déploient avec le printemps, ainsi qu’un certain nombre de travaux sur les lieux de vies et espaces communs, là aussi avec les précautions nécessaires vis-à-vis de la diffusion de la pandémie. Et puis on pense beaucoup aux manières de vous retrouver au plus vite dans des combats, dans la rue, pour des réflexions, chantiers et festivités dans le bocage. Pour l’instant tout cela reste encore bien flou et liés aux aléas que l’on connaît, mais nous ne les laisserons pas déconfiner uniquement les activités liées au travail salarié et à la marche forcée de l’économie.

Un film en souvenir du 17 janvier de cette année : En attendant de vous revoir, nous voulions vous envoyer en guise de souvenir un petit film sur les deux ans de l’abandon, le lever de charpente, la fête et le banquet ! Vous pouvez le voir ici:

Rencontres Intergalactiques

Espace de Résistances !

Pour leur quatrième édition, les Rencontres Intergalactiques vous accueillent à nouveau à l’Ambazada, sur la zad de Notre-Dame-des-Landes. En 2019, ce rendez-vous avait établi sa base sur le site du contre-sommet du G7 à Hendaye afin d’y participer et pour soutenir nos camarades Basques. Cette année, les rencontres seront précédées par le rassemblement ZadenVies, dates a confirmer.

En cette période où les luttes du monde se trouvent (opportunément) confinées par le pouvoir, il nous paraît nécessaire de faire le tour des différents soulèvements et mouvements massifs qui ont déferlé en 2019 sur plusieurs continents : Algérie, Hong-Kong, Chili, Liban, Iran, Irak, Catalogne, Egypte, Equateur, Soudan, France... Que nous disent ces événements et leurs points communs nombreux (critique du pouvoir d’Etat incarné par des démocraties de façade à la botte de partis uniques et d’oligarchies, non institutionnalisation des mouvements, actions directes, horizontalité et refus de leaders, confluences et diversité des tactiques, etc.).

En quoi ces soulèvements de plus en plus récurrents participent à la mise en place de tentatives d’autonomie, d’entraides, de projets de sociétés voulant s’éloigner du capitalisme ou d’autres despotismes ? A partir de situations apparemment diverses, quelles aspirations nous rassemblent dans les rues et les campagnes du monde ? Alors que des conditions de survie insupportables (guerres, famines, prédations, écocides...) jettent à travers déserts et mers puis dans des camps mortifères des populations humaines en nombre effroyable ; quels sens, convergences et actions pouvons-nous construire ensemble pour rompre avec la résignation fataliste de nos sociétés spectatrices ?

Comment s’entendre et se faire entendre pour proposer un avenir égalitaire pour tou.te.s sur cette planète ? Comment s’allier pour s’affranchir des privilèges égoïstes, des pulsions de domination totalitaire, des régressions fondamentalistes, des replis angoissés d’un système concentrationnaire, de la globalisation impérialiste qui dévore tout sur son passage et qui vacille au premier virus venu... Au regard des vécus respectifs, quel bilan pouvons-nous tirer des différentes tentatives d’organisations collectives locales pour restructurer nos modes de vies et constituer une plus grande résistance ? Depuis les processus expérimentés de longue date au Chiapas et par des luttes d’indépendance de peuples opprimés, en passant par les places occupées durant le printemps arabe, de la régénérescence des luttes féministes aux revendications des adolescent.e.s face à l’occident dégénérescent...Ou bien encore dans la violente réalité de la guerre généralisée au Rojava, en passant par les propositions d’un théoricien anarchiste communiste comme Murray Bookchin... Quelles pratiques sont à notre disposition pour réinventer des fonctionnements politiques communs et du savoir-faire ensemble ?Au lendemain du confinement, quels possibles et quels espoirs peuvent s’ouvrir ?

Cette semaine intergalactique est l’occasion de s’informer, d’échanger de débattre avec l’appui de personnes investies ou ayant été investies sur différents fronts. Ce sera aussi un moment de rencontres informelles et diverses dans une atmosphère d’autogestion, pour continuer à se connaître et s’organiser pour les nombreux combats qui se préparent dès aujourd’hui... Plus que jamais, Terre et Liberté ! Si vous souhaitez participer à la programmation en proposant une présentation ou si vous voulez vous inscrire dans l’organisation logistique, écrivez à :
contactintergalactique@riseup.net

RASSEMBLEMENT D’ÉTÉ ZADENVIES NDDL - REPORTÉ DU 28 AU 30 AOÛT, et précédé de la semaine intergalactique !

Nous avons le plaisir de vous annoncer qu’il y aura bien un rassemblement ZADENVIES à Notre-Dame-des-Landes cet été à l’initiative de NDDL poursuivre ensemble ainsi que d’habitant.e.s et usager.e.s de la zad.! Les circonstances nous ont cependant poussé à le reporter de quelques semaines. Il aura donc lieu du 28 au 30 août 2020.

Il nous apparaît absolument nécessaire de nous retrouver politiquement autant que sensiblement, de le faire hors de la bulle numérique et de sortir de ce que le confinement a généré d’engourdissement de nos mouvements. La crise sanitaire et sociale sert aujourd’hui de support à une stratégie du choc orientée sur la poursuite de l’empoisonnement du monde et la mise au pas accrue des populations. Nous aspirons à ce que ce rassemblement soit un espace d’émulation et de projections pour y faire face.

Il sera précédé des Rencontres Intergalactiques du 24 au 28 août autour de l’Ambazada. Celles-ci seront consacrées à un retour sur les soulèvements survenus dans différents pays du monde au cours de l’année passée, avant qu’ils ne se voient partiellement confinées.

Le rassemblement ZADENVIES de cette année aura quant à lui pour thème central la manière dont nous pouvons concrètement composer, cultiver, constituer des mondes face au désastre environnemental. Nous ne pouvons qu’espérer à ce titre que du déconfinement naisse une vague enfin décisive d’actions larges en ce sens. Nous reviendrons notamment sur les mobilisations qui ont pu émaner dès le 17 juin dans le cadre de l’appel à « agir contre la réintoxication du monde » (voir https://17juin.noblogs.org/ )

Nous ferons se croiser des réflexions qui étayent la nécessité de bouleverser le rapport occidental au vivant avec des discussions sur des luttes concrètes qui visent à préserver des territoires de projets destructeurs. Nous chercherons comment constituer des mondes de nouveau désirables face au seul spectre d’une dégradation profondément inégalitaire des conditions de vie. Nous explorerons donc comment ces mondes ne peuvent pas advenir sans s’attaquer plus globalement au règne marchand et à la forme hors-sol avec laquelle le pouvoir politique s’exerce. Nous y repartirons du principe qu’opérer un tournant à temps ne passera pas par une somme de petits gestes individualisants et de replis sur soi mais par des expériences collectives partageables sur des terres communes.

Comme lors des éditions précédentes, un pan du rassemblement sera dédié à la question de la solidarité avec les migrant·es au plus près de là où l’on vit, dans un contexte mondial qui force de plus en plus de populations à fuir des guerres et des terres devenues invivables. Une réflexion particulière se fera sur la question essentielle du lien entre formes d’organisation sociale et production énergétique, avec là encore des témoignages de résistance territoriale sur ces enjeux.

Il y aura aussi, dans la mesure du possible, des concerts, des balades sur la zad, du théâtre et des ateliers pratiques. Parce que faire obstacle aux désastres c’est aussi continuer, les pieds sur terre, à danser, construire et se lier. Le programme du rassemblement sera annoncé courant juin.

Nous nous rassemblerons en adaptant les formes et la taille de la rencontre à l’évolution de la situation sanitaire, ainsi qu’en nous appuyant sur ce qu’offre la zad en terme de grands espaces extérieurs et d’infrastructures.

Plus d’infos : zadenvies.org - zad.nadir.org - facebook.com/zadnddlinfo

contact mail : zadenvies@riseup.net

Projet qui a vu le jour le 26 Octobre présenté par le groupe Energie ZAD:

"Production et Économie d’Énergie sur la Zad".

Merci à NDDL Poursuivre Ensemble de nous avoir donné la possibilité d'exposer, lors de l'AG du 25 Janvier, ce tout nouveau projet, Production et Économie d'Énergie sur la Zad, qui a vu le jour le 26 Octobre.

De trois personnes dans le groupe de départ, deux autres sont venues se rajouter.

Depuis cette présentation du 25 janvier, nous nous sommes rapprochés de la Commission Habitat afin de travailler dans les mêmes directions, restant aussi tenus aux décisions que prendra le département 44 sur les bâtis.

Ci-joint la vidéo résumant la toute première étude.

Amicalement,  le groupe "ÉnergieZad"

QU'EST-CE QUE ZAD NADIR?

texte extrait du site de ZAD NADIR


Zad.nadir.org est le site de toutes les personnes venues s’installer dans le bocage de Notre-Dame des Landes pour répondre à l’appel lancé en 2008 par le collectif des « habitant.e.s qui résistent » à venir occuper les terres menacées par le projet d’aéroport.

Nos désirs en venant sur la Zone A Défendre étaient multiples : habiter sur un territoire en lutte, ce qui permet d’être proches des personnes qui s’y opposent depuis 40 ans et de pouvoir agir en temps de travaux ; profiter d’espaces laissés à l’abandon pour apprendre à vivre ensemble, à cultiver la terre, à être plus autonomes vis à vis du système capitaliste. En ce sens nous avons toujours affirmé lutter contre l’aéroport ET son monde.

Pendant toutes ces années le mouvement d’occupation n’a fait que croître et a participé à la lutte avec ses armes, la résistance physique sur le terrain, le sabotage et l’action directe, aux côtés des autres composantes du mouvement anti-aéroport.

C’est toutes et tous ensemble que nous avons arraché l’abandon du projet, annoncé par le gouvernement le 17 janvier 2018. Mais cette victoire n’est qu’un commencement, en continuant à habiter ici nous poursuivons les divers luttes dans lesquelles nous sommes engagé.e.s. Dès lors il s’agit pour nous, qui habitons désormais ici, de faire en sorte que ces terres ne retournent pas à l’agrandissement de grandes exploitations agricoles, de continuer à défendre la richesse et la biodiversité du bocage. Il nous importe aussi de continuer à défendre d’autres manières de vivre, de s’organiser, de continuer à être solidaires d’autres luttes contre l’aménagement capitaliste du territoire et contre toutes les formes de domination.

Ce site recueille des voix du mouvement d’occupation. Des voix plutôt que la voix : nous sommes une multitudes de groupes et d’individus avec des idées communes mais aussi beaucoup de différences.

Pour rappel on n’est pas un réseau social, une maison d’édition ou un site d’open-publishing (c’est à dire qui publie tout ce qu’on lui envoie) : on est un auto-média. On assume de prendre le temps, si besoin, avant de publier un texte, de se questionner… et éventuellement de ne pas publier. On ne veut plus servir de « crachoir à chaud » pour des gens qui ne seraient pas capables de se parler directement !

L'organisation du mouvement sur la ZAD

Assemblée Des Usages (AGU, ou ADU suivant les compte rendus) premier Mardi de chaque mois (à la Wardine)

Réunion préparée par un groupe de volontaires (respectant si possible la diversité du mouvement)

Echanges-débats- décisions alimentés-ées par le travail de commissions :

- Usage agricole et foncier

- Maîtrise du Foncier (comprenant le fonds de dotation)

- Habitat (travail sur le dossier PLUI)

 

 

 

Délégation qui travaille auprès de la DDTM, de la Préfète, des Mairies, de la SSCG (intercommunes)

 

Réunions spécifiques internes: Il existe des groupes de réflexions affinitaires, des groupes de travail pour la mise en place des projets.

​G​roupes (de travail) en évolution et en devenir mode associatif pour certains:

 

Bibliothèque du Taslu

Ambazada

Abracadabois

Sème ta Zad

Zad social Rap

Atelier sérigraphie

La cagette des Terres

Les Noues qui poussent

FDD la Terre en commun

 

Communication

Zad Nadir https://zad.nadir.org/

Zadibao https://zadibao.net/

"ZAD NDDL info" : https://www.facebook.com/zadnddlinfo/

est une page réalisée par des habitant.es de la zad de Notre-Dame-des-Landes. Elle se donne pour vocation de partager des récits, analyses, appels à actions, fêtes, chantiers, rassemblements, des films, sons et images issus du bocage. Elle se fera aussi régulièrement l’écho d’autres luttes amies, d’autres territoires en résistance face au désastre environnemental et au règne de la marchandise. Alors que les jeunes pousses sortent ici partout de la boue, cette page démarre dans une dure période de suspension confinée d’un certain temps humain. Une période pendant laquelle il est néanmoins possible de continuer à échanger, s’entraider, s’organiser pour le jour d’après. Il y a des renversements possibles de l’histoire. Tout est à mettre en œuvre afin qu’il n’y ait pas de retour à la normale pour ceux qui mènent la guerre au vivant.

Vous pouvez nous aider à faire connaître cette page en allant dans l’onglet "communauté" puis en invitant vos amis à l’aimer. Vous pouvez aussi retrouver des infos sur la zad sur le site zad.nadir.org et nous suivre sur twitter @ZAD_NDDL

A bientôt !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres composantes organisations et associations impliquées

  • COPAIN

  • Naturalistes en lutte

  • NDDL Poursuivre Ensemble

  • Coordination des organisations pour le soutien aux projets de la Zad

  • Sentiers de Camille

  • Confédération Paysanne

Pour être informé-e-s ou se tenir informé-e-s

- Participer à une des commissions, assemblées etc

- Adhérer et s’engager à une des organisations ou associations

- Donner ses coordonnées mail pour être tenu informé-e-s sur tel ou tel groupe de travail

- Rendez-vous convivial le vendredi midi au Q de plomb.

Le Taslu, une bibliothèque à la zad

contact : letaslu@riseup.net

adresse postale : Le Taslu, La Rolandière, 44130 Notre-Dame-Des-Landes

La bibliothèque est ouverte tous les mercredis, vendredis et dimanches, de 15h à 19h

Il y a toujours eu des livres à la zad, dans les cabanes, les fermes, les maisons, dans un bus et même sur les barricades. Ils sont une part essentielle de toute lutte comme de tout territoire habité, dont ils concourent à étendre et enrichir les imaginaires et l’intelligence. Emplis de cette certitude, nous sommes une dizaine de personnes habitant aux quatre coins de la zone à nous être retrouvées avec la velléité de construire une bibliothèque. Nous l’avons baptisée le Taslu.

LES SENTIERS DE CAMILLE

L'association Les Sentiers de Camille informe les randonneurs et randonneuses qui parcourent les chemins de la Zad, que les tracés des boucles CENTRE et EST ont légèrement évolué.

 

À cette occasion une nouvelle brochure a été éditée (disponible sur le site de NDDL PE)

L’association Les Sentiers de Camille fait son maximum pour entretenir et baliser ces trois boucles mais munissez-vous de vos cartes (anciennes ou nouvelles) si vous venez randonner.

N’hésitez pas à nous tenir informés si vous rencontrez des difficultés, cela nous permettra d’y remédier au plus vite.

Recommandation : Bottes de septembre à avril!

Bonnes balades,

Amicalement à toutes et tous

 

Association  "Les sentiers de Camille" sentiersdecamille@gmail.com

Pour suivre en images les actions des "Sentiers de Camille" :

https://www.flickr.com/photos/sentiersdecamille/

Vidéos photos

Le fonds de dotation de la ZAD

La Terre en commun

NOUVELLES POUR LE FONDS DE DOTATION

 

Des acquisitions enfin possibles
pour le fonds de dotation « la terre en commun » !


Depuis fin octobre 2019, il n’y a plus d’obstacles juridiques à la mise en vente par l’État d’au moins 13 lieux de ce territoire de Notre Dame des Landes sauvé du bétonnage. Certains de ces lieux sont emblématiques de ce qui s’est construit pendant les années de lutte : le hameau du Liminbout avec l’Auberge des Q de Plomb, la ferme de Saint Jean du Tertre, le Moulin de Rohanne, l’Ambazada… D’autres sont à réhabiliter ou à reconstruire.

Rappelons que Vinci avait obtenu, en 2010, la concession pour la construction et la gestion de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Ce contrat a été modifié, ce qui ouvre aujourd’hui la possibilité à l’État de vendre les lieux dont il est propriétaire.

S’étant positionné comme acquéreur depuis sa création en décembre 2018, le fonds de dotation « la terre en commun » devrait en toute logique pouvoir acquérir ces lieux pendant le 1er trimestre 2020.

Concernant les biens du Conseil Départemental nous avons pour le moment moins de visibilité mais nous vous tiendrons au courant. Une commission a travaillé d’arrache-pied à l’évaluation des biens afin de faire une proposition d’achat à l’État et au Conseil Départemental. Un rendez-vous avec ces interlocuteurs devrait avoir lieu dans les prochaines semaines.

En moins d’un an, grâce à vous, nous avons pu lever près de 700 000€. C’est en accélérant la dynamique de cette levée de fonds que nous nous donnerons ensemble les moyens d’atteindre notre but (idéalement 1,5 millions d’euros en 2020). En effet, si la somme collectée est indéniablement une dimension cruciale de notre capacité à construire la propriété collective, le nombre de nos contributeurs et contributrices affirme l’ampleur du soutien à cette campagne.

Dans cette nouvelle étape qui s’ouvre, nous comptons encore et toujours sur vous, pour continuer à relayer l’appel à dons et distribuer les flyers (disponibles sur demande) autour de vous. Voici également le lien vers une chouette vidéo produite par un soutien du fonds de dotation .

N’hésitez pas à la faire tourner !

Chaque don exprime un soutien qui nous est précieux !

Nous venons de recevoir cette superbe vidéo à diffuser pour amplifier le message de la terre en commun et accélérer la levée de fonds!

Pour lire la vidéo, cliquer sur la photo ci-dessous...

©2018 by nddl-poursuivre-ensemble.fr. Proudly created with Wix.com